Numéro 3

N° 3 | 2016 – Conversions : Religions, transmutations et politiques

Conversions: Religions, transmutations and politics

Coordination

Guillaume Roucoux
(avec la collaboration de Marion Tillous)

Version électronique téléchargeable en libre accès, en intégralité et par articles séparés.

Numéro intégral

(cliquez ici)

Introduction

Guillaume ROUCOUX

[télécharger en PDF]

Manifeste

« Une conférence spirituelle pour Fées Radicales » : (Re)devenir Gay selon Harry Hay (p. 12-25)
(traduction de l’anglais et complément par Guillaume Roucoux)

[télécharger en PDF]

Rencontre

Sarah BRACKE
Interroger, conceptualiser et engager une trans/formation de soi : Entretien avec Sarah Bracke réalisé par Nadia Fadil et Guillaume Roucoux (p. 26-41)
(traduction de l’anglais par Kira Ribeiro)

[télécharger en PDF]

Traduction

Ross S. KRAEMER
La conversion des femmes aux formes ascétiques du christianisme (p. 42-54)
(traduction de l’anglais par Guillaume Roucoux)

[télécharger en PDF]
[Résumé/Abstract]

Frictions

Nadia FADIL
Le non-voile et/ou le dévoilement comme pratique éthique (p. 55-71)

[télécharger en PDF]
[Résumé/Abstract]

Jack HALBERSTAM
L’humanisme zombi à la fin du monde (p. 72-80)
(traduction de l’anglais par Marion Tillous)

[télécharger en PDF]
[Résumé/Abstract]

Arsenal

J. Seth ANDERSON
« Alors pourquoi sont-il·elles baptisé·es pour les mort·es ? » Les mormon·es, les gays et la conversion (p. 81-89)
(traduction de l’anglais par Marion Tillous)

[télécharger en PDF]

Agathe LARISSE
Converties à l’islam : Parcours de femmes converties à l’islam en France et au Québec, Géraldine MOSSIERE, Les Presses de l’Université de Montréal, 2013. (p. 90-95)

[télécharger en PDF]

Daniela SOLFAROLI CAMILLOCCI
Conversioni, Giulia CALVI, Adelisa MALENA (a cura di), Genesis : Rivistadella Società italiana delle Storiche,VI/2, 2007. (p. 96-99)

[télécharger en PDF]

Sœur Hildegarde, Sœur Innocenta, Sœur Piccolatta, Sœur Néfertata
En Perpétuelle Indulgence aussi avec soi-même : Récits d’élaboration du personnage de Sœur (p. 100-118)
(propos recueillis et introduits par Guillaume Roucoux)

[télécharger en PDF]


Résumés / Abstracts

Ross S. KRAEMER
La conversion des femmes aux formes ascétiques du christianisme (p. 42-54)

Résumé : Les récits de conversion de femmes aux formes ascétiques du christianisme primitif comprennent des écrits divers, communément connus sous le nom d’Actes apocryphes, qui ne sont pas de véritables récits de conversion de personnes historiques. Néanmoins, ils éclairent la dynamique sociale de véritables conversions, comme l’attrait de l’ascétisme, et en particulier le célibat des femmes. En remettant en cause les mesures traditionnelles de la féminité (la sexualité, le mariage, la grossesse et l’éducation des enfants), le christianisme ascétique attirait des femmes qui ne remplissaient pas ces rôles (dont des veuves et des femmes incapables d’avoir des enfants), aussi bien que des femmes qui refusaient intentionnellement les mêmes rôles.
[Sommaire]

Abstract: Accounts of women’s conversion to ascetic forms of early Christianity contained in various writings collectively known as the apocryphal Acts of the Apostles are not actual accounts of the conversion of historical persons. Nevertheless, they illuminate the social dynamic of actual conversions, including the appeal of asceticism, particularly celibacy to women. By negating the traditional measures of femininity (sexuality, marriage, childbearing and childraising), ascetic Christianity appealed both to women who did not fulfill these roles (including widows and women unable to have children) as well as to women who intentionally refused such roles.
[Summary]

Nadia FADIL
Le non-voile et/ou le dévoilement comme pratique éthique (p. 55-71)

Résumé : Peu d’études se sont à ce jour attardées à la pratique de ne pas porter le foulard ou de le retirer. Lorsque cette dernière est mise en perspective, elle est souvent perçue comme une conséquence de pratiques gouvernementales laïques, mais rarement comme une pratique individuelle, pieuse et éthique. Sur la base d’entretiens approfondis avec des belgo-maghrébines, cet article se propose de développer cette perspective en examinant à quel point le non-voile peut être compris comme une technique de Soi (Foucault) qui est constitutive dans la construction d’une piété musulmane libérale. Tandis que la première partie de cet article tentera de démontrer la composante éthique de questionnements sur le foulard et comment celle-ci s’inscrit dans une interrogation plus globale de la tradition musulmane, la seconde partie démontrera comment la problématisation du voile comporte aussi en elle une dimension affective et corporelle ce qui nous permet de repenser le « non-voile » comme une technique de soi.
[Sommaire]

Abstract: The practice of not veiling or unveiling has been rarely studied. If and when attention is accorded to the latter, it is often grasped as a product of integration or an effect secular governmentality, but only rarely as a bodily practice. Drawing on narratives of second generation secular and religious Maghrebi Muslims in Belgium, this paper pursues this second perspective by examining to which extent not-veiling can be understood as a technique of the self (Foucault) that is functional to shaping a liberal (Muslim) subject. While a first part of this article will unpack the ethical substance of such discursive interrogations and point to the ways in which they are intertwined with the enactment of a liberal self, the second part will examine the embodied contours of this problematization, which appeared through the labor upon one’s affect and bodily dispositions that this refusal of the hijab, or the act of unveiling, implies.
[Summary]

Jack HALBERSTAM
L’humanisme zombi à la fin du monde (p. 72-80)

Résumé : Dans cet article, Jack Halberstam part des notions de « sauvagerie », opposée à celle « d’animal de compagnie » pour penser ce qu’il propose d’appeler « un humanisme zombi ». Dans l’humanisme zombi, toute sauvagerie humaine / animale / végétale sert de combustible à une économie de la consommation humaine dévorante. Dans cette économie zombie, l’animal de compagnie occupe un rang élevé dans la hiérarchie du vivant – il n’est pas mort-vivant comme le bétail que nous abattons ou les poulets que nous élevons, il est chaud, réel, et animé ; la relation humain·e-animal de compagnie est glorifiée par le cadre de lecture des « espèces compagnes ». Et c’est ainsi que l’humaine se dit qu’elle « sauve » l’animal tandis qu’elle en fait un∙e esclave, elle se dit qu’elle sauve la planète lorsqu’elle défend une production biologique, elle se dit qu’elle est plus vivante lorsqu’elle fait de la mort une réalité distante. Mais elle ne devrait pas oublier que dans la tradition haïtienne, le terme « zombi » signifie « esprit des morts » et représente la peur des ancien·nes esclaves d’être ramené·es d’entre les mort·es et contraint·es à l’esclavage à nouveau. Les mort·es-vivant·es se relèvent dans chaque ère pour protester contre les nouvelles menaces d’extinction.
[Sommaire]

Abstract: In this article, Jack Halberstam addresses the problematics of “wildness” and “taming”/”pet” to think what he proposes to call a “zombie humanism”. Within zombie humanism, all wildness, whether human, animal or vegetal  – becomes fodder for an economy of voracious human consumption. In this zombie economy, the pet occupies a high place in the hierarchy of liveliness – it is not living dead like the cattle we slaughter or the chickens we raise in order to eat; by comparison to the killable cattle and chickens, the pet is warm, real and alive – the human-pet relation is romanticized within the frame work of “companion species”. And so, the human tells herself that she is “saving” the animal as she enslaves it, she tells herself she is saving the planet while she insists on organic produce, she tells herself that she is most alive when she makes death a distant reality. But she shall not forget that in Haitian traditions, the word “zombi” means “spirit of the dead” and represents the fear of former slaves that they would be brought back from the dead and enslaved anew. The living dead rise up in every era to protest new threats of extinction.
[Summary]