CFP « Féminismes en révolution »

Appel à contributions

N° 5 | 2017 – Féminismes en Révolution

Coordination : Félix Boggio Éwanjé-Épée, Morgane Merteuil, Matthieu Renault.

Version complète à télécharger (PDF)

Résumé

Féminisme et révolution : juxtaposer ces deux termes semble aller de soi. Qui pourrait nier que le féminisme soit révolutionnaire ? Dans la conscience collective, que l’on se réfère ou non à des séquences historiques précises, le féminisme renvoie à une transformation radicale des rapports sociaux, juridiques, culturels, etc. Pourtant, dans la recherche comme dans le militantisme, le féminisme est rarement pensé sous l’angle de sa vocation révolutionnaire propre. On préfère le penser avec d’autres luttes (féminisme et lutte des classes, féminisme et antiracisme) et/ou en relation à d’autres formes d’oppression (féminisme noir, féminisme intersectionnel, féminisme postcolonial). Visant à mettre en évidence la consubstantialité des modes de domination et de résistance, ces approches tendent néanmoins à réduire le féminisme au seul domaine des questions de genre plutôt qu’à en faire un mouvement politique transformateur en et par lui-même.

Ce numéro de Comment s’en sortir ? se propose de remettre à l’ordre du jour l’ambition de changement révolutionnaire dont est porteur le féminisme. On concevra celui-ci comme étant doté d’un privilège analytique reposant sur le pouvoir qu’il a de révéler à la fois les potentialités et les limites des pensées et processus révolutionnaires. Il ne s’agit plus ici de considérer le féminisme comme le volet « questions de genre » des politiques d’émancipation, ou comme la « version féminine » de la révolution, mais de comprendre sa nécessaire contribution à toute pensée révolutionnaire et à toute tentative de bouleverser l’ordre des choses. En quoi transformer la famille, la sexualité, l’organisation de la reproduction sociale et biologique, le travail domestique ou encore le travail affectif implique-t-il de révolutionner la vie quotidienne, la santé, la culture, le travail salarié, le logement, la vie collective, les stratégies industrielles, la finance, et réciproquement ? En d’autres termes, nous recherchons des contributions qui envisagent le féminisme comme un pouvoir constituant et non comme une stratégie d’amendement des pouvoirs constitués.

Ce dossier se déploiera selon trois lignes d’investigations : des enquêtes historiques sur les formes révolutionnaires du féminisme et/ou sur le féminisme en contexte révolutionnaire ; des analyses sur le décentrement géographique et la décolonisation de la question révolutionnaire au sein des féminismes  non-européens  ; et une troisième ligne, « hors temps » et « hors lieu », celle des utopies et uchronies féministes qui ont traversé l’histoire des derniers siècles.

AXES
  • Histoires du féminisme révolutionnaire
  • Décoloniser la révolution, décentrer le féminisme
  • Utopies-uchronies féministes… et mélancolie révolutionnaire
DATES LIMITES ET CONTACT

Les propositions contiennent le titre de l’article et un résumé de 5 000 signes maximum, ainsi que, dans un fichier séparé, une présentation des auteur-e-s comprenant le nom, la discipline, les coordonnées de contact et une biographie de 1 000 signes maximum. Elles doivent être adressées à  l’adresse suivante : redaction@commentsensortir.org.

  • Date limite de réception : 15 mars 2017
    Notification de la première phase de sélection : 1er avril 2017
  • Soumission des articles complets pour évaluation à l’aveugle : 1er juin 2017
  • Publication : Novembre 2017

Les articles (fichier anonymisé) ne devront pas dépasser 40 000 signes (espaces, notes de bas de page et références inclus).

La charte éditoriale complète est disponible ici.